ABOUT

divider

« I am not a photographer, or a painter, or a sculptor, I am a little of all three at once. »

Martin Rondeau, photographer and sculptor who lives and works in Montreal, has been immersed in visual art scene for past several years and exhibits in renown galleries in different countries and continents. From now on, photography is not just a simple medium that translates into what he sees, it doesn’t uniquely fonction has a mediator between eye and subject, it’s now a material used to reconstruct, a chosen work. Hence the image is visually constructed and deconstructed, to take shape into another art piece. Rondeau sees photography like a sculptured piece. ‘’I transform my initial images to render a new meaning, a new reading.’’ The distorted images create a lack of reference, a timelessness, a visual ambiguity, an inability to situate oneself, thus breaking away from the known. The background and shape are pixelised hence causing confusing. Rondeau wants to reintegrate art into our society and wants to change our attitude, conceptions. That’s why taboos and things left unsaid are what he prefers to engage in and explore. His Corpus is divided into several series and it is on large works that the image takes form. His artwork suggest an initial exchange and reflexion, elaborating a new truth, his own truth. It is up to the observer to make his own personnal reading.
‘’I love to disrupt and art, leaves no choice and helps me transcend this desire’’.

 

“Je ne suis pas un photographe, ni un peintre, ni un sculpteur, je suis un peu les trois à la fois.”

Martin Rondeau, photographe sculpteur vit et travaille à Montréal, il œuvre depuis quelques années en arts visuels et expose en permanence en galerie dans différents pays et continents. Dorénavant, la photographie n’est plus seulement un médium qui traduit ce qu’il voit, elle n’a plus son unique fonction d’être médiatrice entre son œil et le sujet, elle est maintenant un matériau de construction, son médium de prédilection. Ainsi, l’image est construite visuellement et déconstruite matériellement pour être, par la suite, reconstruite matériellement et visuellement. Rondeau pense une photographie comme une sculpture. ‘’Je m’approprie mes images initiales pour leur adjoindre un nouveau sens, une nouvelle lecture.’’  La distorsion des images engendre le manque de repère, l’intemporalité, l’ambiguïté visuelle, l’incapacité à se situer, la rupture avec le connu.  Le fond et la forme sont pixelisés et nos sens sont confondus. Rondeau veut ramener l’art dans la société, créer un changement d’attitude, de vision, c’est pourquoi les tabous, les non-dits sont ce qu’il préfère aborder. Son corpus se subdivise en séries et c’est sur de grands formats que ses images prennent place.  Ses œuvres suggèrent une piste de réflexion initiale, faire renaître une nouvelle vérité, ma propre vérité. Il appartient au regardant d’en faire sa lecture personnelle.

»J’aime bousculer et l’art, ne donnant pas de choix, sert bien ce désir.’’

 

 

icon-cvicon-presse

CONTACT ME